Superstition cheval

Les chevaux blancs ont souvent porté bonheur : le Christ est fréquemment représenté avec un cheval blanc et les prêtres montaient uniquement des chevaux blancs lors des cérémonies. Par opposition, le cheval noir, utilisé autrefois pour tirer les corbillards, est synonyme de maladie, de malheur ou de mort, et provoque la méfiance ou la crainte.
On dit qu’un cheval qui, pour sortir de son box, pose la patte droite en premier est de bon augure, ce qui n’est pas le cas d’un cheval qui pose la patte gauche en premier. Cette superstition remonte aux Saxons, qui avant une bataille faisaient confiance à leur cheval sacré pour leur indiquer, en fonction de la patte qui se poserait la première à la sortie du temple, s’ils allaient être victorieux ou non.
En Irlande, pour calmer un cheval fougueux on devait lui réciter le Credo le vendredi dans l’oreille droite et le mercredi dans l’oreille gauche. Mais attention, il fallait recommencer le semaine suivante car les effets ne duraient qu’une semaine !
Un cheval qui s’agite beaucoup et hennit devant une maison qu’il ne connait pas annonce la mort brutale de l’un de ses habitants.
En Suisse, un malade ne doit pas rencontrer de cheval sinon ce dernier est susceptible de l’emmener prochainement vers l’autre monde.
En Asie centrale, on amène auprès du défunt son cheval sellé, afin qu’il l’aide à aller vers l’autre monde.
Si le cheval qui tire un corbillard regarde une personne avec insistance, c’est qu’elle mourra dans l’année.
En Bretagne, voir un cheval juste avant de partir en mer est de bon augure pour les pêcheurs.
En Arabie, les chevaux portant une marque blanche sur l’antérieur droit sont chanceux alors qu’au postérieur droit ils portent malchance, surtout au combat.
En Angleterre, un hennissement matinal est de bon augure alors qu’un hennissement nocturne est le signe d’une mauvaise nouvelle.
Si un cheval dépose son crottin devant votre maison, vous recevrez de l’argent prochainement.
Un cheval qui piaffe sans raison au pré laisse présager un orage, ou une source sous ses sabots.
Les chevaux de tous temps ont été considérés comme capables de détecter des sources, d’ailleurs on recommande de creuser à l’endroit où il s’allonge et se roule régulièrement. C’est d’ailleurs pour cette raison que beaucoup d’auberges portent des noms comme « l’auberge du cheval blanc ».
En Suisse, faire entrer un nouveau cheval à reculons dans une écurie le met à l’abri du démon.
Aux États Unis, on présente devant une poulinière pleine un tissu de la couleur dont on espère la robe du poulain.
Aux Pays Bas, et particulièrement à Amsterdam, le crottin ramassé devant la maison et placé derrière la porte d’entrée éloigne les mauvais sorts.
Une femme enceinte qui monterait à cheval malgré son état risquerait d’avoir un enfant avec une joue plus grosse que l’autre.
Dans la Grèce antique, le cheval était vénéré et il ne fait aucun doute que beaucoup de superstitions trouvent leurs origines dans ce fait.
Les Anglais croient qu’un cheval noir porte chance et un à robe pie, malchance. Sur le continent, on maintient le contraire.
Les paysans anglais sont très inquiets lorsqu’ils rencontrent un cheval blanc au cours d’un déplacement et crachent au sol, pour conjurer le mauvais sort
De nos jours, es éleveurs de chevaux disent encore qu un cheval avec des « bas blancs » sur le devant des pattes est chanceux tandis qu’un animal avec les mêmes marques sur la p t°e avant gauche et la patte amère droite est malchanceux.
Toutefois, la meilleure combinaison de toutes est, peut-être, un animal ayant une étoile blanche sur le front et une seule « chaussette » blanche sur les jambes. On doit préciser cette « chaussette » ne doit pas dépasser de plus de quelques centimètres la jambe du cheval ; dans le cas contraire, celui-ci est prédisposé à broncher.
De nos jours, on tresse la queue d’un cheval dans un souci esthétique mais, à l’origine, cette coutume était une pratique superstitieuse, Ainsi, en Grande-Bretagne, on croyait qu’un cheval avec des rubans dans les crins était protégé des machinations des sorcières.
Un cheval ayant un sillon dans le cou suffisamment large pour qu’un homme puisse y placer un pouce est réputé avoir une grande chance, puisqu’il est marqué par « l’empreinte du pouce du Prophète », cela signifie que l’animal est issu de la lignée d’une des cinq poulinières de Mahomet.
Une autre croyance bien ancrée veut qu’il existe un seul mot pour contrôler n’importe quel cheval, quel que soit son tempérament. Ce mot de l’homme de cheval est tout à fait secret et ne peut être transmis qu’à un véritable homme de cheval. Donc, c’est bien triste, mais il ne peut être révélé ici !…
Pour les Américains, la plus sinistre rencontre qu’ils puissent faire est une fille rousse montée sur un cheval blanc. On raconte qu’une période de malchance presque illimitée suivra une telle vision.
Pour conclure, ajoutons qu’un cheval qui s’ébroue pendant un voyage est Signe de chance et que des chevaux la croupe tournée vers une haie présage une tempête.cheval

Cheval blanc

Le mythe du cheval blanc est universel.images
Dans l’imagination populaire, le « Cheval Blanc », ressemblait au cheval ordinaire, mais il pouvait traverser les airs, franchir l’espace et raser la terre avec la rapidité d’un oiseau.
Auprès des deux (Foncine le haut et Foncine le Bas dans le Jura), un cheval blanc paissait tranquillement aux environs de la source de la Senne où il venait s’abreuver.
Aussi cette source a-t-elle la propriété de guérir de la fièvre et de beaucoup de maladies.
Il galopait ensuite sur la cime de la montagne qui domine la fontaine.
On le voyait également dans le canton d’Arinthod (jura)
À Chisséria, on l’appelait le Pégasse de Ségomon.
Quelquefois, on l’apercevait, attaché par la bride, au sommet d’une roche escarpée, attendant son maitre pour continuer sa course.
À Coges, on le voyait galopant dans les airs monté par un chasseur.
À la Chaux-du-Dombief et au Frasnois, on distinguait parfaitement un cavalier armé, botté, casqué, que le cheval blanc emportait au-dessus des belles sapinières de Bonlieu, de Maclou et de Narlay.
Parfois, ce cavalier s’abattait dans la plaine, et subitement, repartait comme un éclair.
À Redans, on voyait souvent la trace lumineuse d’un char brillant attelé de quatre chevaux blancs, qui à certains jours, fendait l’espace, emportant dans une course folle, un magnifique chasseur accompagné de sa meute et de nombreux écuyers sonnant du cor.

Œil

Rencontrer une personne avec un œil vairon ou qui louche porte chance, pour conjurer le mauvais œil, il faut toucher immédiatement du fer. mais si il n’y a pas de fer à proximité il faut faire les cornes dans son dos.
Un œil qui trésaille indique qu’on parle de vous en mal.
Les yeux bleus yeux d’amoureux, les yeux marrons yeux de cochon, les yeux verts yeux de vipère.
Beaucoup de gens prétendent que rencontrer une femme qui louche porte malheur alors qu’un homme qui louche, d’après les mêmes personnes, porte bonheur !
Autrefois, certains pensaient que le strabisme était la marque de l’œil du diable et plus d’un affligé a été mis au ban de la société pour cette seule raison

Ouvrir les quinquets

120px-Quinquet,_ancienne_lampe_dite_lampe_d'Argan_DHPTA-p318Voilà une expression que l’on n’entend plus guère de nos jours. Elle a pourtant eu son heure de gloire, après sa naissance au milieu du XIXe siècle, à une époque où les quinquets étaient encore très utilisés.
Depuis le début du XIXe, les quinquets sont les yeux, en argot. Donc, c’est bien en ouvrant ses quinquets, qu’on peut regarder quelque chose.
Mais pourquoi utilise-t-on aussi le verbe ‘allumer’ ?
C’est à la fin du XVIIIe siècle que le physicien Argand invente une lampe à huile d’un genre nouveau. Au lieu d’une simple mèche baignant dans un bain d’huile, fournissant une lumière faible et beaucoup de fumée, il imagine une lampe à huile dans laquelle la mèche a une forme de cylindre, le passage de l’air en son centre y attisant la flamme pour procurer une lumière beaucoup plus vive et générant beaucoup moins de fumée.
Là-dessus, l’apothicaire Quinquet copie et améliore un peu l’invention et la commercialise. Pour les consommateurs, elle devient la lampe à la Quinquet, puis, plus simplement, le quinquet
Ce n’est que plus tard que l’œil, « la lumière de l’âme », devient familièrement le quinquet qu’on peut aussi bien ouvrir qu’allumer.
Au milieu du XXe siècle sont apparus les « faux quinquets » pour désigner les lunettes.

Ne pas manger de ce pain là

Sens: Refuser une action jugée immorale.
Le pain est l’un des aliments les plus partagés. Celui qui partage le pain peut inviter à un repas pour exposer ses plans, qui peuvent être immoraux. Refuser de manger de ce pain-là, c’est alors refuser de participer à l’action.
ne pas marcher ; ne pas pratiquer telle ou telle activité ; ne pas faire quelque chose (par principe) ; être incorruptible ; refus (à caractère moral) ; ne pas accepter quelque chose (avec idée morale, objection morale, de conscience.)